Élections provinciales 2018 : Qu’est-ce que les partis proposent?

La tenue d’une élection générale constitue un évènement important pour une association de défense de droit telle que l’AREQ. Les services publics en tant que bien commun de la population que priorise l’AREQ, constituent un enjeu crucial de toute campagne électorale. Fidèle à la tradition, l’AREQ a de nouveau jugé important de réaliser un document qui dresse un tableau comparatif des engagements électoraux pris par les principaux partis politiques provinciaux.

L’objectif poursuivi consiste à informer les membres des engagements électoraux relatifs aux priorités retenues par l’AREQ dans son plan d’action 2017-2020. Les engagements pris par les partis politiques qui ne concernent pas directement les priorités de l’AREQ n’ont pas été retenus, mais demeurent disponibles sur le site de chacun des partis concernés.

La recension des engagements des partis a été réalisée en fonction des principales orientations du plan d’action 2017-2020 de l’AREQ. Les orientations retenues sont les suivantes :

  • Veiller au respect, à la dignité et à la sécurité de nos membres et des personnes aînées;
  • Travailler à l’amélioration de la sécurité financière de nos membres et des personnes aînées;
  • Reconnaître et faire valoir l’apport de nos membres à la société;
  • Favoriser l’implication et l’action citoyennes de nos membres et le développement d’une société plus démocratique.

ÉLECTIONS QUÉBÉCOISES 2018 – TABLEAU COMPARATIF DES ENGAGEMENTS ÉLECTORAUX

 Une mise en garde s’impose : le présent document ne vise en aucun cas ni d’aucune manière à influencer les membres de l’AREQ en faveur ou en défaveur d’un parti ou d’un autre. Ce tableau comparatif a été réalisé en respectant les dispositions de la Loi électorale : il a été rédigé en toute objectivité et ne peut donc être considéré comme une dépense électorale puisqu’aucun parti n’y est volontairement favorisé ou défavorisé. Les partis politiques retenus sont ceux qui avaient des représentants élus à l’Assemblée nationale du Québec au moment de sa dissolution. Les partis politiques sont présentés selon l’ordre alphabétique de leur nom.

Catégorie : Société

Dossier de l’indexation : l’AREQ à la rencontre des partis politiques

Depuis des années, les personnes retraitées ont subi les effets des décisions politiques néfastes qui ont effrité leur pouvoir d’achat. Par exemple, les personnes retraitées de la fonction publique et parapublique québécoise, dont font partie les membres de l’AREQ, s’appauvrissent d’année en année à cause de la non-indexation de leur rente de retraite pour les années cotisées entre 1982 et 1999. Cette situation a de lourdes conséquences pour nos membres qui en subissent les contrecoups.

Dans le cadre de la campagne électorale provinciale 2018, l’AREQ et l’AQRP ont pris l’initiative de rencontrer les partis politiques pour leur rappeler l’importance d’agir. L’invitation, envoyée aux quatre principaux partis, a été acceptée par un représentant de la Coalition Avenir Québec (CAQ), un de Québec Solidaire (QS) et une représentante du Parti Québécois (PQ).

L’objectif de ces rencontres était d’abord de sensibiliser les formations politiques à cet enjeu qui touche aujourd’hui plus de 250 000 personnes retraitées, puis de les amener à collaborer pour trouver des solutions viables à cette perte croissante du pouvoir d’achat liée à la non-indexation des rentes. La présidente de l’AREQ, Lise Lapointe, a pris part aux rencontres, de même que la 1re vice-présidente et responsable politique du dossier de la retraite, Claire Bélanger pour les rencontres avec Québec Solidaire et le Parti Québécois.

La première rencontre a eu lieu avec Marc Picard, candidat de la Coalition Avenir Québec et porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de travail  lors de la dernière législature à l’Assemblée nationale. Ensuite, nous avons rencontré, en visioconférence, Simon Tremblay-Pepin, candidat de Québec Solidaire, économiste et professeur à l’Université Saint-Paul à Ottawa. Enfin, nous nous sommes entretenus avec Diane Lavallée, candidate du Parti Québécois, consultante en gestion et ancienne directrice générale de l’Association des établissements de santé et de services sociaux.

Des rencontres constructives

Les trois partis ont été d’accord sur l’importance de faire en sorte que les personnes retraitées soient correctement représentées auprès du gouvernement et que leur représentativité soit assurée. Par ailleurs, ils ont tous compris la nécessité d’agir sur l’ensemble des aspects qui effritent le pouvoir d’achat à la retraite. En plus de la rente qui est désindexée, si le coût des médicaments augmente constamment, si les aînés ne peuvent pas se loger à un coût raisonnable, si les services de santé se privatisent, alors les personnes retraitées se retrouveront au bord du gouffre financier.

Nous reviendrons donc à la charge auprès du gouvernement élu au 1er octobre!

Catégorie : Retraite, Société

Décès de Lise Payette, portrait d’une femme qui a changé le Québec

Le 6 septembre, c’est avec tristesse que l’AREQ apprenait le décès de Lise Payette, à l’âge de 87 ans. Journaliste, écrivaine et politicienne, elle fut également une figure importante du féminisme québécois.

Née dans le quartier Saint-Henri le 29 août 1931, Mme Payette s’est fait connaître notamment avec l’émission de radio « Place aux femmes » (1965-1972) et à la télévision avec « Appelez-moi Lise » (1972 à 1975), démontrant ainsi des qualités de communicatrice hors du commun.

Élue en 1976, elle devient ministre à la condition féminine, la première à occuper ce poste. D’ailleurs, Lise Payette devient la première femme à être nommée « la » ministre au lieu de « le » ministre, réussissant du même coup à féminiser le titre de ministre au sein du gouvernement. Dans ce parcours politique, c’est à elle que l’on doit notamment la réforme du droit de la famille et celle de l’assurance automobile (SAAQ), avec la devise des plaques d’immatriculation « Je me souviens ».

Après la vie politique, Lise Payette connait une prolifique carrière d’auteure et de chroniqueuse, avec des collaborations au Journal de Montréal et au Devoir et des titres comme Le pouvoir? Connais pas! (1982), la trilogie de livres Des femmes d’honneur  (1997-1999). À la télévision, elle scénarise sept séries, dont Des dames de cœur (1986-1989), La bonne aventure et Marilyn.

Enfin, il sera de notre devoir, comme société, d’appliquer la même devise qu’elle aura instaurée au Québec, « Je me souviens » et de garder en mémoire l’inestimable contribution de cette femme.

Source photo = Lise Payette sur le plateau de Tout le monde en parle en 2016 Radio-Canada/Karine Dufour

Catégorie : Information

200 personnalités lancent un cri d’alarme pour la planète

Le 3 septembre, 200 personnalités du milieu artistique et culturel sur la scène internationale ont signé une lettre intitulée Le plus grand défi de l’histoire de l’humanité, soulignant l’urgence de sauver la planète. Parmi ceux-ci, Wajdi Mouawad, Diane Dufresne et Rufus Wainwright ont tenu à ajouter leurs voix.

Il s’agit d’une initiative de l’actrice française Juliette Binoche et de l’astrophysicien français Aurélien Barrau, lancée quelques jours après la démission surprise du ministre français de la Transition écologique Nicolas Hulot. Rappelons que le geste du ministre Hulot était lourd de sens et a ébranlé toute la scène politique française.

Au Québec, la campagne électorale actuelle ne traite que très peu des enjeux environnementaux, qui ont pourtant une incidence directe sur l’économie et la qualité de vie des gens. Les internautes ont même créé un mouvement sur les réseaux sociaux, « Élections 2018 : Parlons environnement »,  afin d’interpeller les politiciens sur cet enjeu. L’AREQ invite ainsi le monde politique québécois à faire preuve de courage et d’enfin prendre le dossier au sérieux. Il y a urgence d’agir!

 

Catégorie : Environnement
CSQ Magazine
> En savoir plus
Assurance auto et habitation