2021

Hécatombe en CHSLD – Plaidoyer pour dépolitiser l’enjeu et pour mettre en œuvre un grand chantier des aînés

On assiste actuellement à la politisation d’une tragédie qui a affecté des milliers d’aînés et de familles, soit des personnes décédées dans des conditions inhumaines en CHSLD, non seulement de la COVID, mais aussi de faim et de soif, faute de soins. C’est déplorable.

Le dangereux précédent du CHSLD Herron – Des aînés moins bien traités que les animaux

On entend souvent dire que l’on juge une société à la manière dont elle traite ses aînés. Que penser, dans ce cas, des témoignages qui ressortent de l’enquête publique de la coroner Géhane Kamel sur le CHSLD Herron : des aînés souillés, affamés et déshydratés, des dépouilles abandonnées dans leur chambre durant de longues heures sans respect ou dignité, allongées dans du vomi, ébouriffées, sales.

Dignité des aînés – Pourquoi sommes-nous incapables au Québec de faire un virage vers le soutien à domicile?

Selon un récent sondage CROP auprès de personnes aînées, près de 80 % des répondants souhaitent vieillir dans leur domicile et y recevoir des services, souhait exprimé depuis des années. Alors, qu’est-ce qui retient les gouvernements depuis 20 ans à opérer enfin ce virage vers les soins et les services à domicile?

Féminicides : combien de femmes doivent être sacrifiées pour qu’on réagisse?

Il y a un an, l’AREQ sortait publiquement pour demander qu’on enraye les féminicides une fois pour toutes, dans une lettre ouverte parue dans plusieurs médias : Prenons enfin le féminicide au sérieux! Depuis? On voit croître les féminicides, des femmes de tous âges et origines pour qui des hommes se sont donné le droit de leur enlever la vie. Si le meurtre des femmes était une pandémie, le Québec serait en zone rouge. Pourtant non, rien. Le gouvernement réfléchi. Encore dans les derniers jours, une femme aînée a été assassinée avec sa fille. Ce n’est plus le temps de réfléchir, agissons!

Manoir Liverpool : c’est payant de maltraiter des aînés au Québec!

Lorsque la société protectrice des animaux découvre une situation de cruauté animale, il y a des sanctions fortes envers les criminels, pouvant aller jusqu’à la prison pour avoir mal nourri ces animaux.

Au Québec, qu’arrive-t-il lorsqu’un établissement maltraite pendant cinq ans des personnes aînées en situation de vulnérabilité? C’est pourtant ce qui est arrivé au Manoir Liverpool : soins d’hygiène déficients, présence de rougeurs, de champignons et de plaies, croûte blanche dans la bouche de résidents, sous-alimentation, insalubrité des lieux, etc. Un véritable film d’horreur.

2020

Dignité des aînés en CHSLD : il nous faut agir maintenant

La pandémie laisse de profondes cicatrices chez les aînés du Québec. Si, dans la collectivité, nous avons pu aplatir la courbe de la première vague, force est de constater que les personnes aînées hébergées se sont retrouvées dans l’angle mort. C’est plus de 5000 décès que l’on a comptabilisés dans nos CHSLD et résidences privées pour aînés, un bilan très lourd à l’échelle mondiale.

À travers les années, l’AREQ a maintes fois exhorté les gouvernements à apporter des correctifs et à en faire plus pour assurer la dignité des aînés en CHSLD, notamment en réclamant des états généraux. Maintenant, la catastrophe de la COVID-19 doit servir de leçon.

Problèmes en CHSLD : écouterons-nous les Forces armées canadiennes?

Des rapports accablants tablettés sur les CHSLD et des enquêtes indépendantes avec des recommandations sans conséquences, voilà des décennies de laisser-faire dans le réseau des CHSLD. Nous n’avons pas écouté les travailleurs de la santé, les aînés et les experts durant tout ce temps. Alors qu’en Ontario, un rapport des Forces armées canadiennes semble pousser leur gouvernement à agir pour améliorer les conditions de vie des personnes aînées hébergées, nous espérons qu’il en sera de même pour le Québec.

Quand les travailleurs âgés deviennent soudainement indispensables

L’âge et l’expérience sont trop peu valorisés dans nos milieux de travail au Québec. Cette culture de la performance, que l’on pourrait qualifier d’âgisme, tend à écarter les aînés, leurs valeurs et leur expérience. D’autant plus que leur ancienneté coûte cher aux yeux de certains gestionnaires avares de faire des économies. Pourtant, la main-d’œuvre des travailleurs expérimentés devrait être traitée avec beaucoup plus de respect. Or, en cette période de crise due à la pandémie COVID-19, jumelée à une pénurie de main-d’œuvre, les yeux se tournent désormais vers les aînés, avec le retour au travail des 60 à 69 ans. Mais à quel prix?

Une pandémie qui révèle la vulnérabilité financière des aînés

2 000 $ par mois, c’est ce que le gouvernement fédéral offre actuellement avec la Prestation canadienne d’urgence (PCU). C’est un effort salutaire pour soutenir les familles et les individus qui ont perdu leur emploi en raison de la COVID-19, un montant qui a été jugé suffisant pour vivre décemment durant la pandémie. C’est pourtant beaucoup plus que ce que le gouvernement fédéral offre aux personnes aînées avec le Supplément de revenu garanti (SRG) et la Pension de vieillesse (PSV).

Et si les soins à domicile étaient une solution aux problèmes des CHSLD

Les problèmes en CHSLD, on les connaît depuis longtemps : manque de ressources, pénurie de main-d’œuvre, des bénéficiaires en plus grand nombre avec une perte d’autonomie plus avancée. Des solutions s’imposent, mais lesquelles? Augmenter les salaires des préposées aux bénéficiaires? Revoir les ratios? Construire des « maisons des aînés », avec de grandes fenêtres? Ce sont des solutions intéressantes, mais qui ne règlent pas le cœur du problème.

 

Histoire d’horreur au CHSLD Herron : des aînés qui finissent leurs jours dans l’atrocité pour 10 000 $ par mois

La crise actuelle que nous vivons, par rapport à la pandémie COVID-19, est en train de nous confirmer des situations très inquiétantes sur les soins et les services aux personnes aînées au Québec. Depuis des années, nous exigeons une amélioration des conditions de vie pour celles et ceux qui ont bâti le Québec. Or, les horreurs qu’ont vécues les résidents du CHSLD Herron nous démontrent que nous sommes loin du compte et que cela ne peut plus durer.

Prenons le féminicide au sérieux une fois pour toutes

Au Canada, il y a trois féminicides par semaine. Un seul cas serait de trop et cette statistique est particulièrement troublante. Au Québec, nous aspirons à l’égalité entre les femmes et les hommes. Or, le récent meurtre de Marylène Lévesque à Sainte-Foy nous rappelle à quel point notre société a du chemin à faire.

Une voix forte dans une société en mouvement

Nous sommes une association de plus de 59 000 membres, c’est quelque chose ! En termes de population, nous sommes plus nombreux que la 17municipalité la plus grande du Québec. Cette force du nombre donne sans contredit un poids important à nos revendications.

2019

Cet automne, le conseil exécutif vous rencontre dans votre région

C’est déjà le temps de préparer le 47e Congrès de l’AREQ, qui aura lieu en juin 2020. Fidèles à la tradition, les membres du conseil exécutif entreprendront la tournée de l’ensemble des régions du Québec cet automne.

Nous sommes indéniablement une force pour la société

Il s’en est passé des choses depuis le début de ce triennat, dont particulièrement la réalisation de plusieurs objectifs de notre plan d’action 2017-2020. Nous avons fait un travail remarquable de représentation politique pour faire valoir les intérêts des membres de notre association, tant au niveau national que dans les secteurs. [Lire la suite]

Encore une prime aux médecins, mais toujours pas d’indexation des rentes pour les retraités de l’État

Le gouvernement du Québec vient de dévoiler qu’il octroierait 50 millions par année aux médecins de famille afin de réduire le nombre de patients orphelins. C’est une prime qui s’ajoute à toutes celles que nous avons vu passer dans les dernières années. Une prime pour que les médecins fassent leur travail, tout simplement! [Lire la suite]

 

Retrait des services de la Caisse Desjardins : lorsque les aînés ne font plus partie de l’équation

Depuis plusieurs années déjà, la Caisse Desjardins, à l’instar de nombreuses autres institutions financières, retire ses bureaux de services et ses guichets automatiques dans les régions du Québec. L’année dernière, la coopérative a sabré près de 4,5 % de son parc de guichets automatiques. Cette situation est symptomatique d’un problème plus large. [Lire la suite]

2018

Le destin tragique de la génération silencieuse

Le constat de la protectrice du citoyen sur les services en CHSLD et sur les soins à domicile est particulièrement consternant. Elle démontre que les décisions du gouvernement durant les dernières années, soit les compressions et les réformes, affectent directement des personnes aînées en situation de vulnérabilité. La protectrice va même jusqu’à qualifier la situation de maltraitance. Et ça en est! [Lire la suite]


 

Que l’été 2018 soit le dernier où des aînés suffoquent en CHSLD

Récemment, nous apprenions que le quart des CHSLD sont en mauvais état au Québec. D’une région à l’autre, les personnes hébergées n’ont pas les mêmes chances de vieillir dans la dignité. C’est désolant. En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, 57 % des CHSLD sont en mauvais ou en très mauvais état, alors que pour la Capitale-Nationale, seulement 8 % sont dans un tel état. [Lire la suite]


 

Unir nos forces pour passer à l’action

Le Québec est à la croisée des chemins. Nous le savons, le défi démographique du vieillissement de la population nous force à nous adapter collectivement pour que notre  société soit plus digne de celles et ceux qui ont bâti ce Québec. [Lire la suite]


 

Lise Lapointe Présidente
CSQ Magazine
> En savoir plus
Assurance auto et habitation