AccueilPublicationsActualitésL’AREQ réclame la tenue d’États généraux sur les conditions de vie des personnes aînées

L’AREQ réclame la tenue d’États généraux sur les conditions de vie des personnes aînées

05 juin 2017

La nouvelle présidente de l’AREQ, Lise Lapointe, a pris part à une conférence de presse conjointe, le 5 juin, pour réclamer la tenue d’États généraux sur les conditions de vie des personnes aînées.

 

La sortie publique a été réalisée à l’initiative du porte-parole de l’opposition officielle pour les aînés et député de Rimouski, Harold Lebel. Outre l’AREQ, on retrouvait des représentants de l’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), du Réseau FADOQ, de l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) et du Carrefour 50+.

 

Dans son intervention, la présidente de l’AREQ a souligné qu’actuellement, de nombreuses personnes vulnérables font les frais de décisions gouvernementales prises à la pièce, particulièrement dans le dossier de la santé, sans qu’on ait une vision claire et une approche globale.

 

Une des réalités qui affectent les conditions de vie de milliers de personnes aînées en perte d’autonomie et de proches aidants, c’est le manque de ressources consacrées au soutien à domicile. Aussi, les frais accessoires ont été officiellement abolis, mais il semble qu’ils reviennent par la bande, sous une autre forme. C’est inquiétant, car les frais accessoires compromettent carrément l’accessibilité au système de santé et contribuent à la privatisation. Encore une fois, ce sont souvent des gens vulnérables qui en souffrent. 

 

Réfléchir et agir ensemble

« On en vient à se demander : quelle place pour les personnes aînées dans les soins de santé? Quelle place pour les personnes aînées dans notre société? Il est temps de s’arrêter, de prendre le temps de réfléchir ensemble, comme il faut. De consulter, pour vrai. De proposer des solutions durables, qui amèneront une véritable amélioration de la situation, à long terme, pas simplement pour boucler le prochain budget. Notre message à la ministre responsable des Aînés et au premier ministre est le suivant : on a récemment parlé de la maltraitance envers les aînés, une loi a été adoptée à l’unanimité. Tant mieux, à l’AREQ nous y avons contribué et nous l’avons salué. Maintenant il est temps de parler de bientraitance. Et pour ça, il est temps de tenir des États généraux sur les conditions de vie des personnes aînées », a souligné Lise Lapointe.

 

Retombées médiatiques

La sortie publique a généré plusieurs retombées médiatiques. Un article de la journaliste Caroline Plante (Presse canadienne) a été diffusé notamment sur les sites Internet de Radio-Canada, de La Presse, de TVA Nouvelles, et de l'Actualité.