AccueilCommuniquésLa santé mentale chez les personnes aînées : brisons les tabous et l’isolement

La santé mentale chez les personnes aînées : brisons les tabous et l’isolement

10 mai 2018

En cette 67e Semaine nationale de la santé mentale, l’Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ) souhaite sensibiliser la population sur les défis particuliers des personnes aînées confrontées à des problèmes associés à la santé mentale. Comme le souligne la Commission de la santé mentale du Canada, les personnes aînées vivent souvent une double stigmatisation : la stigmatisation associée à la santé mentale et à l’âge.

« Les personnes aînées n’ont pas toutes été sensibilisées aux questions de santé mentale au cours de leur vie. Il s’agit encore d’un tabou important qu’il est nécessaire de démystifier. Il faut être en mesure de montrer que la maladie mentale existe, que ce n’est pas honteux et qu’il y a de l’aide disponible », soutient Lise Lapointe, présidente de l’AREQ.

En ce sens, l’AREQ appelle à la vigilance des proches et aussi des intervenants qui évoluent auprès des personnes aînées afin d’identifier et de détecter des symptômes associés à des problèmes de santé mentale. Par exemple, lorsqu’une personne aînée souffre de détresse psychologique, il faut être particulièrement attentif. Elle est souvent portée à exprimer davantage ses problèmes de santé physique, lesquels pourraient être liés à sa santé mentale.

L’isolement des aînés est un facteur de risque

Il existe plusieurs facteurs de risque liés à la maladie mentale, et c’est notamment le cas de l’isolement. Or, au Québec, l’isolement des personnes aînées est un problème considérable, car cette situation touche plus de 15 % de la population âgée de 65 ans et plus.

« En vieillissant, nous perdons parfois des amis en cours de chemin, mais nous perdons aussi trop souvent le contact avec nos proches, notre famille. C’est un réel problème lorsque nous ne considérons plus la personne aînée dans la famille. Elle est placée en résidence pour aînés, et c’est comme si elle devenait exclue de la société. C’est un important changement de culture qu’il faut apporter pour briser l’isolement des aînés au Québec », affirme Mme Lapointe.

Quelques données

Selon Sébastien Grenier, psychologue spécialisé en gériatrie, jusqu’à 7 % des aînés québécois souffrent d’un trouble anxieux ou dépressif sévère. Puis, environ une personne âgée sur quatre présente des symptômes anxio-dépressifs d’intensité variée. Par ailleurs, 70 % des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer souffrent de détresse psychologique. Rappelons qu’il y a aujourd’hui plus 125 000 Québécois atteints de cette maladie mentale.

À propos de l’AREQ

Fondée en 1961, l’Association des retraitées et retraités de l’éducation et des autres services publics du Québec (AREQ-CSQ) compte plus de 58 000 membres dans l’ensemble des régions du Québec. L’AREQ est affiliée à la Centrale des syndicats du Québec (CSQ).

-30-

Source :

Samuel Labrecque, conseiller en communication
Cell. : 514 742-9056   Courriel : labrecque.samuel@areq.lacsq.org