L’AREQ rencontre la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants

Le 23 janvier, Lise Lapointe, présidente de l’AREQ , et Claire Bélanger, vice-présidente, ont rencontré Marguerite Blais, ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, pour discuter des priorités de l’Association. En premier lieu, nous avons présenté l’AREQ à la ministre ainsi qu’aux deux attachés politiques présents lors de la rencontre.

Lors de cette rencontre, nous avons notamment sensibilisé Mme Blais et son cabinet au sujet de l’indexation et des impacts négatifs sur le pouvoir d’achat de nos membres. En effet, leur pouvoir d’achat s’effrite d’année en année, notamment en raison de la non-indexation de leur rente de retraite pour les années cotisées entre 1982 et 1999. Puis, en 2010, lors de la modification de la loi sur le RREGOP, il a été prévu qu’une indexation des rentes à l’IPC -3 %, minimum 50 % (au lieu de l’IPC – 3 %) serait versée pour les années cotisées entre 1982 et 1999, si le taux de capitalisation requis est atteint. Cependant, le gouvernement ne s’est jamais engagé à verser sa part. Depuis plusieurs années, l’AREQ demande au gouvernement de prendre cet engagement. Mme Blais s’est montrée sensible à la situation et nous a redirigés auprès du ministre des Finances.

Nous avons également rappelé à la ministre l’importance d’investir dans les soins à domicile pour répondre à la volonté des personnes aînées de demeurer là où ils le souhaitent, le plus longtemps possible, dans leur communauté. Nous lui avons mentionné qu’une des priorités de l’AREQ est de valoriser les travailleuses et les travailleurs qui œuvrent au quotidien au service des personnes aînées en CHSLD. Il est primordial de revoir leurs conditions de travail et de leur assurer une formation adéquate afin d’attirer et de retenir le personnel.

Enfin, l’AREQ s’est dite prête à collaborer avec la ministre pour faire bouger les choses. Il est temps que ça change pour le mieux-être de celles et ceux qui ont bâti le Québec!

Le nouveau guide alimentaire canadien est maintenant disponible

Le 22 janvier, Santé Canada dévoilait le nouveau guide alimentaire canadien. On y retrouve plusieurs changements par rapport à l’édition précédente qui datait de 1992. D’emblée, les produits laitiers qui faisaient partie d’un groupe alimentaire depuis 1942, et dont Ottawa recommandait de consommer jusqu’à quatre portions par jour,  font maintenant partie de la catégorie des aliments protéinés.

À retenir du nouveau guide, Santé Canada met « maintenant de l’avant une assiette dont une moitié est constituée de légumes et de fruits, et une autre moitié qui comporte d’une part des aliments protéinés – comme de la viande, du poisson, du tofu, des œufs, du yogourt, des légumineuses et des amandes – et, d’autre part, des aliments à grains entiers – comme du pain, des pâtes et du riz ».

Par ailleurs, le nouveau guide recommande de consommer les protéines d’origine végétale, comme les légumineuses, les noix, les graines, le tofu ou les boissons de soya enrichies, plus souvent que les protéines d’origines animales, comme le lait, les œufs, la viande rouge ou la volaille.

Enfin, en s’inspirant des guides du Brésil, de la Suède et de la Belgique, le guide recommande de cuisiner plus souvent, de prendre ses repas en bonne compagnie et de rester vigilant par rapport au « marketing alimentaire ».

Si vous voulez en savoir plus, Le Devoir a produit une vidéo explicative sur ce nouveau guide alimentaire.

Décès tragique de la mère de Gilles Duceppe : exigeons des normes de sécurité plus adéquates en résidences privées pour aînés

Le 21 janvier, l’AREQ apprenait le décès de Mme Hélène Rowley Hotte, mariée à l’homme de théâtre Jean Duceppe et mère de sept enfants, dont l’ex-chef du Bloc Québécois Gilles Duceppe. En premier lieu, nos pensées vont envers la famille et les proches.

Mme Rowley Hotte a été retrouvée morte dimanche matin à l’extérieur de la résidence privée pour aînés où elle habitait. Sortie à l’extérieur durant la nuit à la suite du déclenchement d’une alarme d’incendie dans le bâtiment qu’elle occupait, la dame de 93 ans aurait été incapable de regagner l’intérieur de la résidence, embarrée à l’extérieur.

Le dossier est maintenant entre les mains du coroner, mais nous pouvons d’emblée exprimer nos inquiétudes quant aux normes de sécurité et de surveillance en résidences privées pour aînés (RPA). Rappelons que depuis avril 2018, des normes de sécurité avaient été assouplies dans certaines catégories de résidence en permettant notamment à un résident de la RPA ou un bénévole d’assurer la surveillance. L’AREQ avait alors jugé ces nouveaux critères largement insuffisants.

« On va laisser l’enquête se poursuivre. Mais le gouvernement doit s’assurer que tout est mis en place pour assurer la sécurité des aînés. Ça prend une surveillance adéquate », a souligné Lise Lapointe, présidente de l’AREQ, en réaction aux événements dans La Presse.

À cet effet, la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, a répondu : « s’il faut revoir la certification pour aller plus loin, nous allons le faire ».

Lettre ouverte de Lise Lapointe, présidente de l’AREQ, concernant le retrait des services de la Caisse Desjardins

Depuis plusieurs années déjà, la Caisse Desjardins, à l’instar de nombreuses autres institutions financières, retire ses bureaux de services et ses guichets automatiques dans les régions du Québec. Nous apprenions cette semaine que la coopérative avait sabré près de 4,5 % de son parc de guichets automatiques et qu’elle prévoyait aller encore plus loin dans ce sens. Cette situation est symptomatique d’un problème plus large. Pour des raisons budgétaires, les entreprises et les institutions gouvernementales vont privilégier les nouvelles technologies.

À cet effet, Lise Lapointe, présidente de l’AREQ, a souligné dans une lettre ouverte que ce sont malheureusement les personnes aînées qui écopent, « celles qui dépendaient de ces services, et qui n’ont pas eu la chance de grandir avec les nouvelles technologies ».

« De toute évidence, on oublie les personnes aînées en prenant de telles décisions corporatistes. C’est dommage, elles apportent encore beaucoup à la société et mériteraient davantage de considération », a ajouté Mme Lapointe.

Et si à partir de maintenant, nos grandes institutions se faisaient un devoir de mesurer les impacts potentiels de leurs décisions technologiques pour les personnes aînées?

L’AREQ appuie le mouvement exigeant la consigne des bouteilles de vin au Québec

Le 16 janvier, le mouvement « SAQ consigne » a invité la population à faire pression sur la  Société des alcools du Québec (SAQ) afin qu’elle instaure une bonne fois pour toutes la consigne des bouteilles de vin au Québec. Le groupe fait appel au nouveau gouvernement de François Legault pour « être à l’écoute de la population » et améliorer le système québécois de consigne, qui date de 1984.

L’action proposée par ce groupe de citoyens est simple : retourner nos bouteilles de vin vides à la SAQ et exprimer que nous souhaitons que la consigne soit instaurée. Si ce mouvement prend de l’ampleur, il est réaliste de penser qu’il portera fruit, considérant que le Québec fait partie des deux seules provinces au Canada qui ne consignent pas ces bouteilles.

Conscientisé par cet enjeu environnemental, l’AREQ se rallie officiellement aux groupes qui demandent que soit instaurée la consigne des bouteilles de vin au Québec. Rappelons que près de 100 millions de bouteilles de vin aboutissent directement au dépotoir, chaque année au Québec.

Du nouveau dans le dossier de la réforme du mode de scrutin!

Le 17 janvier, le conseil des ministres du gouvernement du Québec a adopté un décret autorisant la ministre de la Justice, Mme Sonia LeBel, à consulter Élections Québec en vue de la rédaction d’un projet de loi sur la réforme du mode de scrutin.

« Étant donné l’indépendance du Directeur général des élections (DGEQ) et d’Élections Québec, cette mesure est nécessaire pour respecter notre engagement de présenter un projet de loi avant octobre 2019 », a expliqué la ministre.

Rappelons que l’AREQ s’intéresse depuis longtemps à l’idée d’une réforme du mode de scrutin pour un plus grand respect de la volonté populaire, du pluralisme politique, ainsi qu’une juste représentation des femmes et de la diversité ethnoculturelle tout en reflétant les particularités régionales du Québec. En ce sens, l’AREQ collabore déjà avec le Mouvement démocratie nouvelle.

Maltraitance en CHSLD : les récents développements

Le 14 janvier, des cas de maltraitance dans un CHSLD privé de Laval ont fait les manchettes. En effet, trois familles ont voulu faire cesser les mauvais traitements auprès de leur proche. Nourriture infecte, préposés débordés, résidents peu ou mal lavés, le CHSLD L’Éden avait fait l’objet de nombreuses critiques dans la dernière année et même avant.

Appelée à commenter, la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, s’est dite « allergique » aux mauvais traitements faits aux aînés. Elle a notamment déploré le fait que les préposés aux bénéficiaires de ces résidences soient moins payés que ceux qui travaillent dans le réseau public. « Ce n’est pas normal, non, que les préposés gagnent moins d’argent que les employés de la SAQ », a-t-elle affirmé.

Par ailleurs, la ministre se dit prête à revoir la loi et à appliquer des sanctions pénales. Elle veut aussi augmenter la cadence des inspections dans les CHSLD et les résidences privées pour aînés. À l’heure actuelle, les CHSLD sont visités par un inspecteur tous les trois ans. Dans les résidences privées qui hébergent des personnes âgées, une vérification est faite tous les quatre ans.

Enfin, l’idée de créer un comité de défense des aînés refait surface, se basant sur un modèle de fonctionnement semblable à celui de la Direction de la protection de la jeunesse. Mme Blais ne s’est pas montrée très favorable à l’idée, considérant qu’il y a des risques d’infantiliser les personnes âgées.  Selon Me Danielle Chalifoux, une avocate spécialisée en droit de la santé, il s’agirait d’une option à envisager.

L’impact du nombre d’élèves dans une classe selon une récente étude

Réduire le nombre d’élèves par classe peut avoir un impact sur leur apprentissage, en particulier au début du primaire et en milieu défavorisé, selon une toute nouvelle étude québécoise.

«Au cours des dernières années, il y a des ministres qui ont affirmé que la taille des classes n’a aucun impact sur les apprentissages. Il y a une sérieuse discussion à y avoir autour de ça, puisque c’est faux», a affirmé Claude Lessard, ancien président du Conseil supérieur de l’éducation et professeur émérite à l’Université de Montréal.

Récemment, l’AREQ appuyait le collectif citoyen Debout pour l’école qui réclame notamment de diminuer les ratios élèves par enseignante et enseignant et les ratios élèves par personnel de soutien.

Attention aux fausses nouvelles sur les réseaux sociaux!

Selon une récente étude américaine publiée le 10 janvier dans la revue Science Advances, les personnes ayant plus de 65 ans seraient 7 fois plus susceptibles de partager une fausse nouvelle sur Facebook que les personnes de 18 à 29 ans. L’analyse est basée sur 8,7 millions de réactions à des nouvelles légitimes et à de la désinformation durant les élections présidentielles américaines de novembre 2016.

D’après Andrew Guess, politologue à l’Université Princeton et auteur principal de l’étude, il y aurait deux hypothèses possibles : « Des études ont montré que les personnes âgées sont plus aptes que les jeunes à déterminer la fiabilité d’une source. Il se peut alors que ce soit l’environnement numérique des médias sociaux qui les embrouille et les rend plus susceptibles de croire en une fausse information. Ou alors, il s’agit d’un sous-groupe de personnes âgées qui ont des problèmes cognitifs, plus de lenteur sur le plan de l’évaluation des sources. »

Jeff Yates, spécialiste québécois de la question, définit la fausse nouvelle comme « une information soit carrément fausse, soit détournée, exagérée ou dénaturée à un point tel qu’elle n’est plus véridique, présentée comme une vraie nouvelle dans le but de tromper les gens. Cela peut être fait pour générer des clics et des partages sur les réseaux sociaux, pour atteindre des objectifs quelconques (politiques, idéologiques, économiques, etc.) ou simplement pour se moquer de la crédulité des lecteurs ».

Enfin, l’AREQ vous suggère deux outils afin de bien repérer les fausses nouvelles sur les réseaux sociaux :

La compensation carbone pour vos voyages : une belle résolution pour l’an 2019!

Vous avez voyagé durant la période des Fêtes? Vous prévoyez fuir la neige dans un coin chaud cet hiver? Rappelez-vous que l’industrie du tourisme est responsable de 8 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre dans le monde, soit 4,5 milliards de tonnes de gaz carbonique. Environ 12 % de ce chiffre serait attribuable seulement au voyage par avion, l’un des moyens de transport les plus polluants de la planète.

L’idéal reste d’éviter les voyages de plaisance en avion, mais si vous désirez réellement voyager, il existe un moyen de compenser ses émissions de gaz à effet de serre lors de l’utilisation de transports. Vous pourriez, par exemple, le faire par l’achat des Crédits carbone éducatifs de la Bourse du carbone Scol’ERE. Il s’agit d’un projet unique au monde, un mouvement collectif et éducatif qui vise à engendrer de véritables changements comportementaux durables dans le cadre de la lutte aux changements climatiques. Écoles, citoyens, organisations et entreprises, tout le monde peut s’impliquer et chaque petit geste compte!

L’AREQ s’est d’ailleurs engagée, depuis quelques années, à compenser ses émissions de gaz à effet de serre avec la Bourse du carbone Scol’ERE lors d’événements nationaux .

Recherche de personnes participantes pour un projet de recherche sur les mandats de protection

La Chaire de recherche Antoine-Turmel sur la protection juridique des aînés est actuellement à la recherche de personnes participantes pour un nouveau projet de recherche qui porte sur les mandats de protection. Le groupe de recherche, dirigé par la professeure Christine Morin, invite les personnes qui agissent actuellement à titre de mandataire ou qui ont été mandataires en vertu d’un mandat de protection dans la dernière année à répondre à un court questionnaire.

Le projet vise à mieux comprendre la réalité des mandataires en fonction afin d’en apprendre davantage sur leurs rôles et leurs fonctions ainsi que de discuter avec eux des possibles problématiques rencontrées et de leur vision du processus d’homologation des mandats de protection.

Vous pouvez remettre le formulaire rempli par courriel à christine.morin@fd.ulaval.ca.

Un joyeux temps des fêtes à tous nos membres!

Toute l’équipe de l’AREQ vous souhaite de joyeuses fêtes et une belle et heureuse année!

Les bureaux de l’AREQ seront fermés jusqu’au 7 janvier. L’infolettre reprendra donc du service au retour du congé des fêtes. Toutefois, l’AREQ continuera de partager de l’information de manière ponctuelle sur sa page Facebook.

D’ici là, profitez de ces temps de réjouissances pour faire le plein d’énergie et pour visiter vos proches.

À Noël, les Petits Frères sont présents pour apporter un peu d’amour aux personnes aînées qui souffrent d’isolement

Fidèle à sa tradition, l’organisme Les Petits Frères offrira de précieux moments d’amour et de partage aux personnes âgées seules à Noël. Les 24 et 25 décembre prochains, des centaines de bénévoles de partout au Québec rendront visite à des personnes seules qui ne peuvent sortir et accueilleront les aînés qui le peuvent lors du traditionnel dîner de Noël.

« Grâce aux 2007 bénévoles et aux donateurs qui appuient notre mission, les 1500 personnes âgées que nous accompagnons tout au long de l’année pourront célébrer Noël avec la famille des Petits Frères. La période des fêtes est particulièrement difficile pour celles et ceux qui souffrent de solitude. Chez Les Petits Frères, personne ne sera oublié, peu importe sa condition physique ou cognitive. Cela fait partie de notre engagement pour chaque Vieil Ami que nous accueillons dans notre grande famille », a mentionné Caroline Sauriol, directrice générale des Petits Frères.

Pour l’AREQ, la lutte contre l’isolement des personnes aînées est une priorité. En ce temps des fêtes, les souffrances sont parfois vécues de manière plus douloureuse. Soulignons le geste de celles et ceux qui visitent leurs proches et encourageons les organismes qui s’occupent des personnes en situation de vulnérabilité.

Une première action dans l’opération : « Maintenant », l’indexation!

Le 17 décembre, l’AREQ Le Suroît a tenu une première rencontre avec un député dans le cadre de notre opération « Maintenant », l’indexation! Ainsi, deux représentants de l’AREQ, soit Jacques Leclerc, président sectoriel et Pierre Picard, responsable régional de la retraite, ont rencontré Claude Reid, député de Beauharnois et adjoint parlementaire du ministre des Transports.

La rencontre fut très cordiale et M. Reid a été très réceptif à la présentation de l’Association ainsi qu’à nos revendications concernant l’indexation. Le député n’a toutefois pas voulu appuyer officiellement notre demande, soit que le gouvernement s’engage à verser sa part pour contribuer à l’indexation pour les années 1982 à 1999 si le taux de capitalisation requis est atteint.

Enfin, tout en nous assurant qu’il était très sensible à nos demandes, le député prendra le temps de se renseigner afin de connaître la position des instances de son parti sur ce dossier.

Pour un Noël écoresponsable!

À travers l’abondance qu’apporte bien souvent le temps des fêtes, il est important de rappeler que la cause première de l’état alarmant dans lequel se trouve notre planète est la surconsommation.

Dans un récent reportage de Radio-Canada, il était proposé de recevoir pour Noël une compensation carbone, c’est-à-dire un certificat qui atteste que vos propres émissions de gaz à effet de serre seront annulées. C’est le choix qu’ont fait cette année des Québécois pressés d’agir pour le bien de la planète.

Ce genre de cadeau, « ça va être de plus en plus tendance », croit l’ingénieure forestière chez Compensation CO2 Québec, Manon Ayotte. À son avis, les gens « ont de plus en plus une conscience environnementale », ce qui se traduit notamment par des changements dans leurs choix de consommation.

Par ailleurs, l’AREQ nationale fait sa part participe à la compensation carbone. En effet, deux fois par année, lors de la tenue des conseils nationaux, l’Association fait affaire avec la coop FA pour la compensation des GES générés par le déplacement de ses membres. Ainsi, des montants sont versés à la Bourse Scol’ERE à chaque conseil national afin de mobiliser des jeunes dans les écoles primaires dans divers projets de sensibilisation et de réduction de leurs propres émissions!

Si la compensation des émissions de gaz à effet de serre n’est pas la cause environnementale qui vous interpelle le plus et que vous souhaitez davantage donner pour la lutte contre la surconsommation de plastique ou la biodiversité, vous n’êtes pas laissé de côté! De nombreux organismes environnementaux vous invitent, pendant le temps des fêtes, à leur offrir un don au nom d’un être cher.

Moins de médicaments, pour le bénéfice des personnes aînées

La gériatre et chercheuse à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, Cara Tannenbaum, publiait cette semaine les premiers résultats de son étude D-Prescribe. Elle conclut que les pharmaciens peuvent contribuer à réduire les médicaments chez les aînés.

Pendant six mois, 34 pharmacies de plusieurs régions du Québec ont amorcé une discussion avec des patients âgés qui consommaient certains types de médicaments depuis des années.

Parmi les résultats spectaculaires, notons le cas de Lucien Ledoux, 76 ans de Mascouche, qui a pu arrêter de consommer des calmants après des années à en prendre chaque jour. Quand il a arrêté, il a commencé à faire des marches. Selon sa conjointe, le fait d’être fatigué physiquement lui a permis de mieux dormir et d’arrêter les médicaments sans trop d’effets secondaires.

Enfin, rappelons qu’au Canada, une personne âgée sur quatre s’est vu prescrire dix catégories de médicaments ou plus en 2016. Le Québec se situe en haut de la moyenne, puisque 33 pour cent de la population d’aînés de la province s’était fait prescrire dix catégories de médicaments ou plus la même année. Or, les personnes de 65 ans et plus à qui l’on a prescrit dix médicaments ou plus au cours de l’année étudiée couraient cinq fois plus de risques d’être hospitalisées en raison d’une réaction indésirable aux médicaments que celles qui utilisaient moins de médicaments prescrits.

Opération : « Maintenant », l’indexation!

Au lendemain des élections québécoises de 2018, alors que la CAQ nouvellement au pouvoir nommait une toute nouvelle cohorte de députées et députés au parlement, le comité national de la retraite de l’AREQ lançait l’opération « Maintenant », l’indexation!

Cette action consiste à rencontrer chacun des 125 députés élus le 1er octobre dernier pour présenter l’AREQ et les informer de l’impact négatif que représente l’indexation partielle des rentes de retraite des employés de l’État sur leur pouvoir d’achat et ainsi obtenir leur appui.

En 2010, lors de la modification de la loi sur le RREGOP, il a été prévu qu’une indexation des rentes à l’IPC -3 %, minimum 50 % (au lieu de l’IPC – 3 %) serait versée pour les années cotisées entre 1982 et 1999, si le taux de capitalisation requis était atteint. Cependant, le gouvernement ne s’est jamais engagé à verser sa part. Depuis plusieurs années, l’AREQ demande au gouvernement de prendre cet engagement.

Afin de réussir cette opération, l’AREQ a fourni à ses membres plusieurs outils d’information et d’action disponibles sur son site Internet.

Le magazine Quoi de neuf de l’hiver est en ligne!

Le plus récent numéro du magazine Quoi de neuf de l’AREQ est maintenant disponible.  Dans cette édition, la présidente de l’AREQ, Lise Lapointe, s’exprime sur la conjoncture politique récente avec l’arrivée d’un nouveau parti au pouvoir pour la première fois depuis 40 ans.

Par ailleurs, la professeure et directrice de l’École de politique appliquée de l’Université de Sherbrooke, Isabelle Lacroix, nous fait part d’une réflexion sur la possible réforme du mode de scrutin au Québec. Peut-on penser que l’élection provinciale 2018 sera la dernière à utiliser le mode de scrutin uninominal majoritaire à un tour?

Enfin, l’heure est au bilan après une première année complété dans le triennat 2017-2020 de l’Association. Vous retrouverez ce bilan en quelques chiffres marquants.

Tout cela, et bien plus encore… Bonne lecture!

Le taux d’augmentation de l’indice des rentes (TAIR) est à 2,3 %

Retraite Québec a annoncé cette semaine le taux d’indexation qui s’appliquera au montant de la rente du régime de rentes du Québec (RRQ) à compter du 1er janvier 2019 : 2,3 % (était 1,5 % en 2018). Ce taux a été déterminé en fonction de l’indice des prix à la consommation (IPC) de Statistique Canada pour chaque mois compris entre novembre 2017 et octobre 2018. On l’appelle aussi le taux d’augmentation de l’indice des rentes (TAIR).

Indexation de la rente du RREGOP en 2019

C’est ce même taux de 2,3 % qui est utilisé pour le calcul du taux d’indexation des rentes des régimes de retraite des secteurs publics administrés par Retraite Québec, tels que le RREGOP, le RRE, le RRF, le RRCE, le RRPE, etc. Cela s’applique également sur la rente du conjoint survivant.

Rappelons que trois formules sont utilisées pour le calcul de l’indexation de la rente des personnes retraitées du secteur public, en fonction des années durant lesquelles elles ont cotisé au régime. Il est possible que plus d’une formule soit utilisée pour calculer l’indexation de la rente d’une personne si celle-ci a versé des cotisations correspondant à plus d’une période.

 

FORMULES*                                                                   INDEXATION AU 1er JANVIER 2019

Années cotisées avant le 1er juillet 1982 

Portion de la rente indexée à 100 % du TAIR

2,3 %

(soit le TAIR)

Années cotisées entre le 1er juillet 1982 et 31 décembre 1999 

Portion de la rente indexée selon le TAIR -3 %

0 %

(soit le TAIR -3 %)

Années cotisées depuis le 1er janvier 2000

Portion de la rente indexée selon la plus avantageuse des 2 formules :
50 % du TAIR ou TAIR -3 %

1,15 %

(soit 50 % du TAIR)

 

*Des changements ont été apportés aux formules d’indexation du Régime de retraite du personnel d’encadrement (RRPE) à la suite de l’adoption de la loi 126. Ce tableau illustre les formules d’indexation de tous les régimes de retraite du secteur public, excluant le RRPE.

Il y a 10 ans, l’AREQ réclamait l’adoption d’une politique globale de soutien aux personnes proches aidantes

Alors que le gouvernement proposait cette semaine une journée de réflexion sur la proche aidance, l’AREQ a rappelé que déjà, en 2009, elle réclamait l’adoption d’une politique globale de soutien aux personnes proches aidantes. Cette politique devrait notamment contenir une offre accrue de services de soutien psychologique et de répit à l’intention des personnes proches aidantes, un déploiement d’intervenants pivots et davantage de services à domicile.

« L’austérité a fait mal dans les soins à domicile. La protectrice du citoyen faisait état récemment de l’impact des compressions budgétaires, alors que certaines personnes ont vécu une réduction de leurs services, pendant que d’autres attendent sur les listes. Cela affecte directement les proches aidants qui s’épuisent à la tâche en compensant ce que le réseau n’offre plus », a soutenu Lise Lapointe, présidente de l’AREQ.

Les personnes proches aidantes de l’AREQ 

Enfin, rappelons que dans un sondage commandé à la firme CROP et qui a été réalisé en mars 2013, l’AREQ avait interrogé plus de 1 000 membres sur la question des personnes proches aidantes. Ce sont 24 % d’entre eux qui ont déclaré agir à titre de proches aidants. Lorsqu’extrapolé sur l’ensemble de nos membres, cela représente environ 13 500 personnes. Elles consacrent en moyenne 9,4 heures par semaine à ce rôle. Les principales difficultés rencontrées sont le stress entraîné par cette situation, le manque de temps, les efforts physiques requis et les dépenses supplémentaires engendrées par ce soutien.

CSQ Magazine
> En savoir plus
Assurance auto et habitation